SUR LA ROUTE DES VACANCES!

SUR LA ROUTE DES VACANCES!

Sensibilisons pour eviter l indemnisation

En cette période des vacances de la construction, L'ADA vous invite à la prudence lors de vos déplacements. Le début des vacances est pour plusieurs un moment féerique. Cette joie de se retrouver en famille, de s'amuser ou juste profiter de chaque moment avec ceux qu'on aime peut vite se transformer en un cauchemar. En cette période propice aux multiples déplacements, que ce soient: pour aller visiter des lieux d'attractions, aller faire du camping ou tout simplement aller voir des gens que le quotidien ne nous permet pas de voir, par faute de temps, redoublez de vigilance.

Sûrement qu'en ce moment, en lisant ce texte, vous vous dites: 
« Voyons, rien ne peut m'arriver, je suis prudent! »
« Je conduis pour les autres! » 
« Ce n'est pas moi le téméraire, c'est les autres! ». 
Toutes ces phrases sont bien ancrées en nous dans notre subconscient. Mais un accident reste et restera un accident! Un accident n'est pas un geste ou un événement que nous programmons à notre plage horaire, c'est tout simplement un événement imprévu et soudain qui entraîne des dégâts voir même parfois irréparable. Nous vous le confirmons, plusieurs accidentés que L'ADA a la chance de côtoyer, nous partagent que leur accident a fait basculer leur vie. N'attendez pas de ne plus jamais ressentir cette euphorie et cette sensation que vous ressentez lorsque vous débutez vos vacances, ça n'arrive pas juste aux autres!

Beaucoup de gens ayant vécu un accident se retrouve entre l'arbre et l'écorce. Les blessures laissées par l'accident ne sont pas toujours visibles. Pour la société de l'assurance automobile, la personne est apte à travailler et pour l'accidenté ainsi que le médecin traitant, un retour au travail est impossible. Dès cet instant, une lutte pour prouver hors de tout doute que ces blessures sont en lien avec l'accident commence. Hé oui! Vous avez bien lu, l’accidenté se retrouve au cœur d'un débat ou il a le fardeau de la preuve. Le cheminement d'un dossier SAAQ dans la justice administrative est d'une durée minimale de 27 mois et ce à partir de la date de la requête. Tout au long de ce parcours, la personne blessée est sans revenu. Elle doit vivre au quotidien démoli par la douleur avec des contraintes physiques et psychologiques en essayant de garder espoir pour retrouver un semblant de vie normale. Ce n'est pas rare, que nous ayons des témoignages de personnes accidentés empreints de désespoir et même avec l'idée d'en finir! Souvent voir même fréquemment, elles ont tout perdu, leur conjoint, leur famille, leurs amis, leur emploi, leur maison . Même les rencontres médicales deviennent cauchemars, car souvent, l'accidenté n'arrive pas à décrire ces maux avec des mots pour être compris et reconnu dans ces souffrances quotidiennes. Par la suite, vient le moment ou l'accidenté doit prendre un avocat, qui celui-ci se doit de l'envoyer en expertise médicale pour démontrer le lien de causalité. Ici on parle souvent de plusieurs milliers de dollars. Cette dépense faramineuse que l'accidenté doit faire pour se défendre est loin d'être joyeuse car faut se le rappeler, celui-ci n'a plus de source de revenus. Tout cela combiné aux délais extrêmement longs auxquels la victime a l'impression que tout ce parcours, vers la reconnaissance de ces blessures, ne finira jamais. La vie après un accident duquel en découle des lésions devient tout un défi. Au point de qualifier ce défi de travail à temps plein et sans vacances, juste pour retrouver un minimum de qualité de vie.

En bref, ce que nous essayons de vous dire: NE DEVENEZ PAS L'AUTRE, REDOUBLER MÊME TRIPLER VOTRE VIGILANCE LORS DE VOS SORTIES!

L'ADA VOUS SOUHAITE BONNE ROUTE ET BONNE VACANCE!

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×